Publié le Laisser un commentaire

Il est encore temps de partir en livre !

Partir en livre, c’est la grande fête nationale du livre pour la jeunesse, organisée chaque année par le Centre National du Livre (CNL).

Jusqu’au 24 juillet, plusieurs milliers de rendez-vous sont proposés partout en France pour favoriser la rencontre entre les enfants et la lecture.

Lectures à haute voix, échanges avec des auteurs et autrices, ateliers de création d’albums, de fabrication de papier… Il y a des évènements pour les goûts de tous les enfants.

Parmi eux, tous ceux organisés par les associations partenaires de Libre comme Lire :

  • Les pique-niques littéraires de LEAR, tous les samedis sur l’île de la Réunion,
  • Les ateliers de la Balade des Livres, du 6 au 9 juillet à Bécherel et Rennes,
  • L’extraordinaire programme de Perluette (à télécharger ici ), avec des évènements dans tous le département du Nord et même en Belgique,

et bien d’autres.

Suivez @librecommelire sur Twitter pour être informés de tous nos évènements de l’été.

Pour cette 8e édition, Partir en Livre a choisi le thème de l’amitié.

Les livres sont des amis pour la vie. Ils sont essentiels au développement des capacités d’apprentissage, de l’imagination et des compétences relationnelles de vos enfants.

Offrez-leur l’opportunité de choisir leur premier ou leur nouvel ami pour la vie en participant à un évènement Partir en livre. Chaque année, le CNL offre dans le cadre de cette fête des milliers de chèque-lire.

Et si vous ne trouvez pas d’évènement près de chez vous, il est toujours possible de faire naître l’amour des beaux albums jeunesse à distance :

  • Programme des évènements à distance sur le site de Partir en livre
  • 2 magnifiques coloriages créés par Magali Dulain à télécharger sur le site de Perluette 

Cap sur le plaisir de lire !

Publié le Laisser un commentaire

Les personnes âgées et la lecture : 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi

“3 questions à…” : la première série de vidéos de Libre comme Lire

Retrouvez toutes les semaines une courte interview d’un membre d’une de nos associations partenaires.

L’objectif, bien sûr, est de vous faire découvrir, de la bouche de leurs créateurs ou animateurs, le travail de ces associations, afin de mieux comprendre à quel public elles s’adressent , comment elles travaillent sur le terrain, pourquoi elles le font, et avec quels résultats…

Mais il s’agit aussi de profiter de leur expertise et de leur expérience pour interroger des idées reçues, questionner des fausses évidences, ouvrir de nouveaux points de vue sur des questions plus générales, toujours liées à la lecture. Quel intérêt de lire à des bébés ? Apprendre à lire le français, pour un étranger, est-il particulièrement difficile ? Quelle différence entre illettrisme et analphabétisme ? Et bien d’autres encore…

Cette nouvelle proposition est rendue possible par l’engagement et la curiosité de Yann Gourvennec , dirigeant de la société Visionary Marketing, un des sponsors de Libre comme Lire. Merci à lui !

Et voici le programme !

Retrouvez les épisodes passés en suivant les liens.

jeudi 31/03 : Les Enfants tsiganes vivant sur des terrains spontanés – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 07/04 : Le Camion-bibliothèque de l’ASET – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 14/04 : L’illettrisme – 3 questions à Béranger Basseur, correspondant régional de l’ANLCI pour les Hauts de France

jeudi 21/04 : Réapprendre à lire quand on est adulte – 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

jeudi 28/04 : L’EJA, Édition Jeunesse Accessible – 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

jeudi 05/05 : Les bébés et la lecture – 3 questions à J. Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

jeudi 12/05 : Lire en PMI  – 3 questions à Maureen Vasseur, lectrice-formatrice pour Lis avec moi/La sauvegarde du Nord

jeudi 19/05 : Les personnes allophones – 3 questions à Luce Guillerm de LA CLÉ

jeudi 26/05 : Apprendre à lire le français quand on vient de l’étranger – 3 questions à Luce Guillerm, de LA CLÉ

jeudi 02/06 : La Bibliothèque sonore et ses audio-lecteurs – 3 questions à Irène Lautier, responsable de la formation des Donneurs de Voix à la Bibliothèque sonore de Lille

jeudi 09/06 : Les personnes âgées et la lecture – 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

Publié le Laisser un commentaire

L’Édition Jeunesse Accessible : 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

Tous les enfants doivent pouvoir accéder à la lecture, même porteurs d’un handicap, quel qu’il soit ! C’est pourquoi existe l’Édition Jeunesse Accessible.
Aujourd’hui, à 12h30, découvrez l’EJA et comment l’association Signes de Sens la déploie le plus largement possible.

“3 questions à…” : la première série de vidéos de Libre comme Lire

Retrouvez en direct tous les jeudi une courte interview d’un membre d’une de nos associations partenaires.

L’objectif, bien sûr, est de vous faire découvrir, de la bouche de leurs créateurs ou animateurs, le travail de ces associations, afin de mieux comprendre à quel public elles s’adressent , comment elles travaillent sur le terrain, pourquoi elles le font, et avec quels résultats…

Mais il s’agit aussi de profiter de leur expertise et de leur expérience pour interroger des idées reçues, questionner des fausses évidences, ouvrir de nouveaux points de vue sur des questions plus générales, toujours liées à la lecture. Quel intérêt de lire à des bébés ? Apprendre à lire le français, pour un étranger, est-il particulièrement difficile ? Quelle différence entre illettrisme et analphabétisme ? Et bien d’autres encore…

Cette nouvelle proposition est rendue possible par l’engagement et la curiosité de Yann Gourvennec , dirigeant de la société Visionary Marketing, un des sponsors de Libre comme Lire. Merci à lui !

Retrouvez les épisodes passés

Publié le Laisser un commentaire

Réapprendre à lire quand on est adulte : 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

La semaine dernière, Béranger Basseur nous expliquait ce qu’est la réalité de l’illettrisme en France en 2022. Aujourd’hui, découvrez aujourd’hui à 12h30 comment l’association Mots et Merveilles réapprend à lire à des adultes illettrés.

A visionner également sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/librecommelire 

“3 questions à…” : la première série de vidéos de Libre comme Lire

Retrouvez en direct tous les jeudi à 12h30 une courte interview d’un membre d’une de nos associations partenaires.

L’objectif, bien sûr, est de vous faire découvrir, de la bouche de leurs créateurs ou animateurs, le travail de ces associations, afin de mieux comprendre à quel public elles s’adressent , comment elles travaillent sur le terrain, pourquoi elles le font, et avec quels résultats…

Mais il s’agit aussi de profiter de leur expertise et de leur expérience pour interroger des idées reçues, questionner des fausses évidences, ouvrir de nouveaux points de vue sur des questions plus générales, toujours liées à la lecture. Quel intérêt de lire à des bébés ? Apprendre à lire le français, pour un étranger, est-il particulièrement difficile ? Quelle différence entre illettrisme et analphabétisme ? Et bien d’autres encore…

Cette nouvelle proposition est rendue possible par l’engagement et la curiosité de Yann Gourvennec , dirigeant de la société Visionary Marketing, un des sponsors de Libre comme Lire. Merci à lui !

Et voici le programme !

Retrouvez les épisodes passés en suivant les liens.

jeudi 31/03 : Les Enfants tsiganes vivant sur des terrains spontanés – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 07/04 : Le Camion-bibliothèque de l’ASET – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 14/04 : L’illettrisme – 3 questions à Béranger Basseur, correspondant régional de l’ANLCI pour les Hauts de France

jeudi 21/04 : Réapprendre à lire quand on est adulte – 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

jeudi 28/04 : L’EJA, Édition Jeunesse Accessible – 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

jeudi 05/05 : Les bébés et la lecture – 3 questions à J. Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

jeudi 12/05 : Lire en PMI  – 3 questions à Maureen Vasseur, lectrice-formatrice pour Lis avec moi/La sauvegarde du Nord

jeudi 19/05 : Les personnes allophones – 3 questions à Luce Guillerm de LA CLÉ

jeudi 26/05 : Apprendre à lire le français quand on vient de l’étranger – 3 questions à Luce Guillerm, de LA CLÉ

jeudi 02/06 : La Bibliothèque sonore et ses audio-lecteurs – 3 questions à Irène Lautier, responsable de la formation des Donneurs de Voix à la Bibliothèque sonore de Lille

jeudi 09/06 : Les personnes âgées et la lecture – 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

Publié le Laisser un commentaire

LEAR, par-delà les mers…

Une nouvelle association, c’est toujours un bonheur !


Celle que nous vous présentons aujourd’hui a franchi les mers pour rejoindre Libre comme Lire.
Il s’agit de LEAR : Lire, Écrire, Agir à la Réunion, qui propose une approche originale, mêlant lecture et sensibilisation aux développement durable, pour prévenir l’illettrisme dans un département où il est particulièrement présent.

La Réunion : un département particulièrement touché par l’illettrisme

Selon des chiffres récents (2019), environ 116.000 Réunionnais seraient en situation d’illettrisme, soit 23% de la population. En moyenne 14,8 % des jeunes reçus à la Journée nationale de citoyenneté à La Réunion étaient en situation d’illettrisme en 2015 alors que 3,6% le sont en France métropolitaine. Ces chiffres attestent de la prégnance de la situation à La Réunion, qui doit alerter et mobiliser tout un chacun.

Lecture et développement durable : une réponse originale à un double défi

Par ailleurs, beaucoup de Réunionnais, jeunes et moins jeunes, ne sont pas très informés des ODD (Objectifs de Développement Durable). Stéphanie Rivière, sensible à ces questions et ancienne bibliothécaire, a donc conçu une proposition originale : sensibiliser conjointement les enfants au développement durable et à la lecture. Lire, écrire, pour mieux connaitre l’écologie, l’écoresponsabilité. Mais aussi passer par ce sujet auquel les enfants sont sensibles pour les amener à lire et à écrire. Tantôt objectif principal, tantôt outil au service d’une cause, la lecture, le plaisir de lire, la maitrise de ce savoir de base sont toujours au cœur des ateliers proposés par LEAR, dans des va-et-vient féconds.

Aller à la rencontre de ceux pour qui la lecture n’est pas une évidence

Comme l’ASET sa bibliothèque du voyage, ou Passeurs de Mots la Petite Roberte, LEAR a imaginé son Bibli’ODD, un camion aménagé qui va à la rencontre des enfants, là où ils sont, en-dehors des temps scolaires.
Et en réponse à la sollicitation d’un bailleur social, LEAR s’installe aussi au pied des immeubles pour des séances de lecture et d’écriture.

De bonnes idées partagées par bon nombre de nos associations, et qui méritent d’être mises en œuvre sur tout le territoire national.

LEAR, une toute jeune association, dont le travail est déjà reconnu !

LEAR est une toute petite structure, créée il y a deux ans seulement. Mais l’originalité et l’utilité de son projet ont d’ores et déjà été saluées par le Prix Coup de Coeur de la Fondation du Crédit Coopératif.
Nous nous en réjouissons et souhaitons à notre nouvelle venue beaucoup de belles aventures, dont quelques unes avec Libre comme Lire.

Découvrir LEAR sur Libre comme Lire
Découvrir les actions de LEAR : Bibli’ODD et Lecture et habitat social

Publié le Laisser un commentaire

“3 questions à…” : la première série de vidéos de Libre comme Lire

Retrouvez tous les jeudi une courte interview d’un membre d’une de nos associations partenaires.

L’objectif, bien sûr, est de vous faire découvrir, de la bouche de leurs créateurs ou animateurs, le travail de ces associations, afin de mieux comprendre à quel public elles s’adressent , comment elles travaillent sur le terrain, pourquoi elles le font, et avec quels résultats…

Mais il s’agit aussi de profiter de leur expertise et de leur expérience pour interroger des idées reçues, questionner des fausses évidences, ouvrir de nouveaux points de vue sur des questions plus générales, toujours liées à la lecture. Quel intérêt de lire à des bébés ? Apprendre à lire le français, pour un étranger, est-il particulièrement difficile ? Quelle différence entre illettrisme et analphabétisme ? Et bien d’autres encore…

Cette nouvelle proposition est rendue possible par l’engagement et la curiosité de Yann Gourvennec , dirigeant de la société Visionary Marketing, un des sponsors de Libre comme Lire. Merci à lui !

Et voici le programme !

jeudi 31/03 : Les Enfants tsiganes vivant sur des terrains spontanés – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 07/04 : Le Camion-bibliothèque de l’ASET – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 14/04 : L’illettrisme – 3 questions à Béranger Basseur, correspondant régional de l’ANLCI pour les Hauts de France

jeudi 21/04 : Réapprendre à lire quand on est adulte – 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

jeudi 28/04 : L’EJA, Édition Jeunesse Accessible – 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

jeudi 05/05 : Les bébés et la lecture – 3 questions à J. Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

jeudi 12/05 : Lire en PMI  – 3 questions à Maureen Vasseur, lectrice-formatrice pour Lis avec moi/La sauvegarde du Nord

jeudi 19/05 : Les personnes allophones – 3 questions à Luce Guillerm de LA CLÉ

jeudi 26/05 : Apprendre à lire le français quand on vient de l’étranger – 3 questions à Luce Guillerm, de LA CLÉ

jeudi 02/06 : La Bibliothèque sonore et ses audio-lecteurs – 3 questions à Irène Lautier, responsable de la formation des Donneurs de Voix à la Bibliothèque sonore de Lille

jeudi 09/06 : Les personnes âgées et la lecture – 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

Publié le Laisser un commentaire

Amoureux de la lecture : osez lui faire votre déclaration !

Nous formulons le vœu que ce 14 février soit le point de départ d’une longue série de déclarations d’amour, renouvelées tout au long de l’année… à la lecture qui nous fait tant de bien et à tous ceux qui l’offrent avec générosité au plus grand nombre.

Mode d’emploi, donc, pour une Saint Valentin de la lecture réussie.

Osez notre site de rencontres

Faites un petit tour sur librecommelire.fr, le site de rencontres de toutes celles et tous ceux qui soutiennent la lecture : visiter ces pages et découvrir tant d’associations diverses et d’actions variées, c’est le coup de cœur quasi assuré.

Vous avez trouvé l’élue de votre cœur ?


Vous avez immédiatement trouvé l’élue de votre cœur, une action qui vous emballe, une association qui vous touche particulièrement ? Faites-lui sans hésiter un petit cadeau sous forme de don. Son sourire à l’idée de pouvoir continuer grâce à vous à diffuser la lecture sera votre plus belle récompense…

Vous vous sentez un cœur à aimer la Terre entière ?

Mais si votre cœur ne connait pas de limite, et ne saurait s’arrêter à aucun objet, ne choisissez pas : affichez votre statut d’amoureux de la lecture en devenant Ami de Libre comme Lire.
Vous commencerez, alors, par déclarer votre flamme par votre adhésion, et votre petite contribution financière annuelle signifiera clairement votre engagement.
Plus tard, vous voudrez peut-être aller plus loin, dire à tous votre joie en relayant actions et communications dans votre entourage, et peut-être même partager votre bonheur en invitant d’autres personnes à devenir elles aussi Amies et Amis de Libre comme Lire.
Et qui sait si la petite famille de Libre comme Lire ne grandira pas de ces amours, avec l’adoption de plein de nouvelles associations que vous lui ferez découvrir ?

Il y a tant de preuves d’amour à s’échanger, quand on veut partager l’amour de lire ! Aujourd’hui, faites le premier pas.

Pourquoi et comment devenir Ami de Libre comme Lire ?
(re) découvrir Libre comme Lire

Publié le Laisser un commentaire

La lecture, grande cause nationale 2022 : Libre comme Lire accompagne des établissements scolaires qui s’engagent.

Vous le savez sans doute : parmi les bénévoles de Libre comme Lire, il y a des profs, et un prof, ça essaye de mettre à profit toutes les occasions qui se présentent pour intéresser ses élèves, les sensibiliser, leur faire apprendre et les engager.

Nous nous sommes donc dit que la Lecture, Grande Cause Nationale, c’était une belle opportunité de faire partager aux élèves cette conviction forte : la lecture est un trésor à partager. Et nous avons concocté une proposition “clés en main” pour tous les établissements qui voudraient s’impliquer dans l’aventure.

Pourquoi ? Comment ? On vous explique tout (ou presque) dans cet article.

Sommaire

Et si vous êtes pressé de nous aider, vous pouvez directement nous contacter ici.


Erik Orsenna, membre de l'Académie Française

“La lecture est l’accès des accès, c’est l’émancipation. Savoir lire, c’est savoir tout faire.”

Erik Orsenna, à Rosny-sous-bois, le 7 mars 2018

Permettre aux élèves de prendre part à la grande cause

La Lecture a été déclarée Grande Cause Nationale 2022 : l’appel est donc lancé pour que chacun, à son niveau, prenne conscience des enjeux liés à la lecture, et contribue à ce que ce trésor soit partagé le plus largement possible.

Libre comme Lire, propose aux écoles, collèges et lycées qui le souhaitent de profiter de l’occasion pour réfléchir avec les élèves aux enjeux de la maitrise de la lecture, les informer sur la réalité de l’illettrisme, de l’analphabétisme, et plus généralement de « l’empêchement de lire », mais aussi pour leur proposer une façon simple et concrète de prendre leur part de cette Grande Cause Nationale, à travers une tombola au profit d’une de ses associations.

Bénéfices de la démarche

Une sensibilisation utile : 

La lecture semble être une évidence pour la plupart des élèves, voire, parfois, une corvée qu’on leur impose. Tous n’ont pas toujours pleinement conscience de ce qu’elle apporte d’indispensable, tant dans l’accès au savoir, à la qualification et donc à l’emploi, qu’à l’exercice de ses droits, ou au développement de l’empathie, et au développement de sa personnalité, de son imagination… 

Par ailleurs, les élèves méconnaissent souvent la réalité de la difficulté de l’accès à la lecture, en France, aujourd’hui. 

Il ne semble donc pas inutile de leur faire prendre conscience, ou de leur rappeler, combien la lecture est un trésor, mais un trésor auquel tous n’ont pas accès.

Un engagement à accompagner : 

Les Grandes Causes Nationales ont toujours pour fonction d’engager chaque citoyen à contribuer, à son niveau, à sa façon, à une cause qui le dépasse et qui l’englobe. C’est une façon, autour d’une cause partagée, de proposer à la nation de faire corps, solidairement. Or, il n’est pas forcément facile pour un enfant, un adolescent, de trouver de lui-même comment prendre part.

En proposant une façon simple et concrète d’agir, on permet aux élèves de se sentir partie prenante de la Nation.

Comment Libre comme Lire accompagne les établissements qui veulent s’engager ?

En cette année très étrange toujours marquée par la Covid, les équipes éducatives, nous le savons bien, sont particulièrement éprouvées. Il nous a donc semblé important de simplifier au maximum le travail des établissements scolaires qui auront le courage de tenter l’aventure avec nous. Et nous avons essayé de penser à tout !

Ainsi, nous avons conçu, bien sûr, tout le matériel nécessaire pour le bon déroulement de la tombola, mais aussi et surtout une séance de sensibilisation pour les élèves, une séance de sélection d’une association à parrainer par le Conseil de Vie Collégienne (pour les collèges qui voudraient impliquer cette instance), une liste de livres autour des livres et de la lecture, quelques pistes pédagogiques pour aller plus loin avec les élèves…
Et d’ores et déjà, les premiers établissements qui se sont lancés ont noué de premiers contacts très prometteurs avec des associations.

Ah, et puis Libre comme Livre offre une dotation pour enrichir la bibliothèque de l’école ou le CDI !

Bref, plein d’idées à partager pour permettre aux élèves de prendre toute leur part de la Grande Cause Nationale 2022 consacrée à la lecture, pour permettre aux établissements scolaires de mieux connaître le travail des associations, et pour soutenir leurs actions indispensables.

Enseignants, chefs d’établissement, parents d’élèves impliqués… :
vous voulez en savoir plus et peut-être mettre en place cette action dans votre établissement ?

Libre comme Lire est membre de l’Alliance pour la lecture, défenseuse de la grande cause nationale 2022

Les établissements qui nous ont déjà rejoints

Au collège Anne Franck de Lambersart (59), les élèves du Conseil de Vie Collégienne ont choisi de soutenir Lis avec Moi (la Sauvegarde du Nord) pour lui permettre de multiplier ses séances de lecture aux résidents des EHPAD.
Ils veulent ainsi contribuer à rompre l’isolement de ces personnes âgées, leur apporter de la douceur et de l’évasion.

Au collège Louise Michel de Lille (59), ce sont les délégués qui ont choisi l’association à soutenir. Leur choix s’est porté sur La Clé, qui append à lire à des personnes d’origine étrangère, et leur permet de passer leur premier diplôme de langue française.

Au collège Lavoisier de Lambersart (59), c’est aux enfants porteurs de handicap que les élèves ont voulu faciliter l’accès à la lecture. Ils ont donc choisi de soutenir le déploiement d’espaces d’Édition Jeunesse Accessible par l’association Signes de Sens.

Publié le Laisser un commentaire

“La lecture a sauvé mon enfance”

Dominique Walter, membre du comité de validation
Dominique Walter

Nous avons eu envie de demander à chacun des membres de Libre comme Lire ou de nos associations partenaires de partager avec vous tous son rapport à la lecture. 

Aujourd’hui, Dominique Walter, co-présidente de Libre comme Lire et responsable du comité de validation, nous explique comment, en elle, la lecture s’ancre dans une enfance solitaire.

Quand je pense à mon rapport à la lecture, c’est cet ancrage dans l’enfance qui me vient, avec de la solitude et des envies d’échappées, sans jardin. Deux sœurs de dix-sept ans d’écart, presque deux filles uniques, père peu impliqué et mère commerçante qui remontait bien tard du magasin.

Alors il y avait les incursions dans le grenier pour rechercher les livres de ma sœur et le petit tapis rouge le long du radiateur avec Mili Mali Malou histoires d’une petite fille.

Se cacher sous l’édredon avec une lampe de poche pour lire et en ressortir écarlate pour prendre une bouffée d’air, quel délice ! Être appelée à table au milieu d’un chapitre, quel supplice !

Je crois vraiment que la lecture a sauvé mon enfance.

Aujourd’hui, j’ai toujours besoin d’histoires, avant de trouver le sommeil, j’aime la littérature, les bons gros romans, les sagas, les policiers, la BD et les albums de jeunesse. Je fais le grand écart avec Jane Austen, Paul Auster, Annie Ernaux, Manu Larcenet , Tanigushi , Tomi Ungerer , Claude Ponti et tous les autres. 

J’en laisse sur mon appui de fenêtre, dans les boites à livres, en randonnée pour alléger mon sac. 

J’ai des amis lecteurs. C’est un bonheur de partager ça, échange de titres, de livres, c’est vivant.

Lire à mes petits enfants et entendre, à la dernière page une petite voix qui dit : « Encore une fois ».

En savoir un peu plus sur Dominique.
(re-)découvrir Libre comme Lire

Publié le Laisser un commentaire

La lecture comme partage

Annie Guilbert Gamblin

Nous avons eu envie de demander à chacun des membres de Libre comme Lire ou de nos associations partenaires de partager avec vous tous son rapport à la lecture. 

Aujourd’hui, Annie Guilbert Gamblin, trésorière de Libre comme Lire, nous explique comment, pour elle, la lecture a toujours été une histoire de partage.

Je ne suis pas une grande lectrice, je ne lis pas beaucoup pour moi, mais j’adore lire des livres pour
les autres. Pour moi, la lecture représente surtout le partage.

Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de mon enfance, mais je sais qu’on m’a lu de nombreux livres
quand j’étais petite, et que ma maîtresse de CM nous lisait tous les jours un chapitre d’un livre.
J’ai aimé ces temps partagés autour de la lecture.

Devenue jeune maman, j’ai privilégié la lecture du soir avec ma fille aînée Delphine, co-fondatrice de
Libre comme Lire, et j’ai continué avec mes trois autres enfants, puis mes petits-enfants.
Moments précieux de partage, de complicité, de tendresse, d’amour.

Très jeune retraitée, je suis devenue lectrice à Lis Avec Moi, j’ai aimé partager la richesse des albums
illustrés avec des enfants du voyage, et avec des enfants placés en foyer lors de lectures-pyjama.
Moments privilégiés pour ces enfants abîmés, et bonheur de les retrouver régulièrement, impatients
de partager ensemble ces lectures, bonheur de les voir réagir, comprendre, s’intéresser, s’émouvoir.

Parallèlement, lors de missions humanitaires en Afrique, j’ai aidé des enfants à mieux maîtriser la
langue française. Là encore je me suis aidée de beaux albums illustrés, la plupart des enfants n’en
avaient jamais vu. J’ai même partagé le plaisir de lire à voix haute : un de mes groupes a réussi, au
bout de deux semaines, à lire, par binôme, un petit livre aux autres camarades.
Moments intenses chargés de leur émerveillement, de leurs découvertes, du bonheur qui se lisait
dans leurs yeux et dans leurs réactions.

Pour la suite, j’ai dans un petit coin de ma tête d’autres projets de lecture partagées. Car plus j’avance et plus je me rends compte que la lecture, c’est surtout pour moi l’occasion d’un beau partage.

En savoir un peu plus sur Annie