Publié le Laisser un commentaire

Lire aux bébés en PMI

Homme en train de lire à un bébé

3 Questions à Maureen Vasseur de l’association Lis avec Moi

Lire aux bébés peut paraître surprenant à première vue, car l’on pourrait se demander si les bébés comprennent ou peuvent réagir à la lecture. Pourtant, c’est bien le cas. Et c’est la mission que s’est donnée Maureen Vasseur, lectrice de l’association de lecture Lis avec Moi, située à Lille. Découvrez, dans cette interview de Yann Gourvenec de Visionary Marketing, l’action de Maureen et quels bénéfices elle apporte aux bébés et à leurs parents dans le cadre des PMI (Protection Maternelle Infantile).

Maureen Vasseur, lectrice chez Lis avec Moi, nous explique à quoi sert la lecture aux bébés dans le cadre des PMI

Retrouvez les épisodes passés en suivant les liens.

jeudi 31/03 : Les Enfants tsiganes vivant sur des terrains spontanés – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 07/04 : Le Camion-bibliothèque de l’ASET – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 14/04 : L’illettrisme – 3 questions à Béranger Basseur, correspondant régional de l’ANLCI pour les Hauts de France

jeudi 21/04 : Réapprendre à lire quand on est adulte – 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

jeudi 28/04 : L’EJA, Édition Jeunesse Accessible – 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

jeudi 05/05 : Les bébés et la lecture – 3 questions à J. Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

jeudi 12/05 : Lire en PMI  – 3 questions à Maureen Vasseur, lectrice-formatrice pour Lis avec moi/La sauvegarde du Nord

jeudi 19/05 : Les personnes allophones – 3 questions à Luce Guillerm de LA CLÉ

jeudi 26/05 : Apprendre à lire le français quand on vient de l’étranger – 3 questions à Luce Guillerm, de LA CLÉ

jeudi 02/06 : La Bibliothèque sonore et ses audio-lecteurs – 3 questions à Irène Lautier, responsable de la formation des Donneurs de Voix à la Bibliothèque sonore de Lille

jeudi 09/06 : Les personnes âgées et la lecture – 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

Publié le Laisser un commentaire

Donner des livres aux enfants défavorisés : pour quoi faire ?

Jacques Hervaut de Co-lectif et des enfants en pleine distribution de livres

Une matinée en maternelle avec co-LECTIF

Un reportage de Florence Denieul

Pourquoi donner des livres aux enfants ? J’ai suivi Jacques Hervault, de l’association co-LECTIF, dans sa distribution hebdomadaire de livres aux enfants de l’école maternelle Emile Pajot de Pontault-Combault. Je vous raconte cette matinée qui m’a laissé un vrai goût de reviens-y.

“Merci Jacques !”

Tiago, Abigaël, Evy et leurs amis sont les « moyens » et les « grands » de leur classe. Lorsqu’ils nous aperçoivent, Jacques et moi, ce mardi matin, certains poussent un petit « oh » inquiet suivi de « Je crois que j’ai oublié mon sac à la maison ». Mais tous les petits sacs jaunes sont bien là. Les parents, à défaut des enfants, n’ont, eux, pas oublié.

Nous vidons les sacs et installons les livres qu’ils contiennent sur la table. Nous sommes prêts. Jacques appelle les enfants par groupes de quatre. Ils nous rejoignent spontanément, avec entrain mais sans bousculade. Le rendez-vous est devenu une habitude et les consignes sont bien intégrées.

Il y a quand même un brin de curiosité supplémentaire dans leurs yeux, dû à ma présence. Je redis bonjour à chacun et chacune, nos regards se croisent un peu intimidés… Et puis très vite ce sont les livres qui captent l’attention.

Nos regards se croisent un peu intimidés… Et puis très vite ce sont les livres qui captent l’attention.

Au moment du choix, la personnalité de chaque enfant s’exprime déjà pleinement. Certains regardent toutes les couvertures avant de se décider. D’autres se laissent porter par leur intuition. Plusieurs choisissent spontanément des livres qu’ils ont déjà rapportés à la maison plusieurs fois. Sans doute ont-ils tissé un lien particulier avec l’histoire qui leur a été racontée. Jacques leur rappelle gentiment la règle « pas plus de deux fois le même livre » et les invite à de nouvelles découvertes.

C’est l’occasion pour moi de leur demander s’ils ont aimé le livre, s’ils ont aimé sa lecture par leurs parents. À chaque fois bien sûr, la réponse est oui et les yeux des enfants me parlent de la douceur d’un moment partagé.

« Merci Jacques ! » Et déjà, les voilà repartis jouer ou écrire avec Madame Artige la date du jour. Notre intervention est discrète et rapide car c’est à la maison que doit se nouer la discussion.

Jacques Hervaut de Co-lectif, préparant ses livres avant de rencontrer les enfants
Jacques Hervaut de Co-lectif, préparant ses livres avant de rencontrer les enfants

Une invitation à la lecture en famille

Jacques m’invite à poursuivre l’échange chez lui pour découvrir l’autre versant de son action : l’accompagnement des familles. C’est un travail de fond qui s’appuie sur un contact régulier avec les parents : sensibilisation aux bienfaits de la lecture partagée en début d’année, conseils écrits pour rendre la lecture plaisante, courts messages mail de recommandations, bilan téléphonique individuel à mi-parcours.

Nous évoquons l’objectif essentiel du projet : créer un moment récurrent de partage au sein de la famille en misant sur le lien et le jeu, pour faire naître le plaisir de lire. Les parents qui ont des difficultés avec la lecture et/ou la langue française sont pleinement intégrés à la démarche : ils sont encouragés à s’appuyer sur les images pour inventer une histoire dans leur propre langue ou à progresser pas à pas avec leur enfant.

Nous parlons aussi des premiers résultats observés. Les maîtresses notent que les enfants mentionnent facilement les titres des livres qu’ils ont emportés chez eux et que lorsque l’un de ces livres est lu en classe, l’intérêt de tous les élèves est relancé. Les parents rapportent que les enfants sont souvent impatients de lire leur nouvelle histoire et que le fait d’avoir un nouveau livre à la maison chaque semaine crée une dynamique de lecture jusque dans la fratrie.

Pour Jacques, cela signifie que le pari est gagné : le goût de la lecture en famille s’est installé. Il se transformera progressivement en habitude qui apportera plus de facilités d’apprentissage aux enfants lors du passage à l’école élémentaire. C’est ce qu’a prouvé une étude de Carlo Barone(1), chercheur à Sciences-Po, que Jacques a découverte par hasard et sur laquelle il s’est appuyé pour monter son projet.

Les livres apportés par Jacques Hervaut aux enfants.
Les livres apportés par Jacques Hervaut aux enfants.

Réduire les inégalités dans l’acquisition des savoirs

Carlo Barone a suivi 1800 enfants dans 45 classes REP et REP+ des 18e, 19e et 20e arrondissements de Paris. Il a imaginé ce dispositif d’encouragement de la lecture partagée et validé son impact dans la réduction des inégalités de développement des compétences langagières, indispensables au développement cognitif et à la réussite scolaire.

Il a mis en évidence une réduction de 42% des inégalités de développement langagier lorsque les familles les moins scolarisées lisent régulièrement avec leurs enfants.

Carlo Barone, chercheur à Sciences-Po, a mis en évidence une réduction de 42% des inégalités de développement langagier lorsque les familles les moins scolarisées lisent régulièrement avec leurs enfants.

Augmenter la quantité de livres pour enfants et la qualité des interactions autour de ces livres dans les milieux les plus éloignés de la lecture constitue un puissant levier pour réduire à terme les inégalités de réussite scolaire.

Libre comme Lire souhaite donc que co-LECTIF puisse intégrer plus d’enfants de Pontault-Combault dans cette dynamique. Plusieurs pistes sont à l’étude :

  • fournir également des livres aux élèves de petite section de l’école Emile Pajot, qui sont demandeurs,
  • élargir l’initiative à l’école maternelle Pablo Neruda, qui redirige ses élèves vers l’élémentaire d’Emile Pajot.
Article par Florence Denieul


(1) La lecture partagée : un levier pour réduire les inégalités scolaires ? L’évaluation par expérimentation aléatoire d’un dispositif dans des écoles maternelles

Carlo Barone, Denis Fougère, Clément Pin

LIEPP Policy Brief – Sept-2019

https://spire.sciencespo.fr/notice/2441/ml2r54pbl83jbcgjsnppubc6u#_ga=2.118104137.194515124.1651749930-951281763.1651749930

Publié le Laisser un commentaire

Comment devenir lectrice professionnelle ?

Femme lisant un livre

Peut-on être payé pour lire ? Lectrice professionnelle, est-ce vraiment un métier ? Quelles qualités faut-il avoir pour lire à haute voix aux autres ? Libre comme Lire répond à ces questions et espère vous éclairer sur ce choix que vous voudriez faire.

Qu’entend-t-on par lectrice professionnelle ?

Lectrice professionnelle dans les maisons d’éditions

Sans doute une des professions (mais en est-ce réellement une ?) les plus mystérieuses est celle de lectrice ou lecteur pour les maisons d’édition. Chaque année, les plus grandes peuvent recevoir jusqu’à 5000 manuscrits ! C’est énorme et, même si cela traduit une saine passion des français pour l’écriture, cela représente des montagnes d’efforts pour les éditeurs pour faire le tri dans ce qu’ils reçoivent.

C’est pour cela que ces maisons emploient des lecteurs ou des lectrices dont le rôle est de déblayer le terrain, de faire une sélection, de séparer les bonnes œuvres des mauvaises, de détecter un potentiel roman à succès. Mission de longue haleine, car lire prend du temps, mais néanmoins crucial, car de sa conduite dépend la capacité des maisons d’édition à offrir de nouveaux auteurs au public qui en demande toujours plus !!!

Lectrice professionnelle indépendante

Vous vous sentez l’âme d’un lecteur ou d’une lectrice à voix haute ? Vous aimez partager des textes, véritables moments de plaisir ? Vous avez envie de faire découvrir des auteurs ? Vous voulez égayer la journée de personnes isolées ou simplement allumer des lumières dans les yeux des enfants ? Peut-être êtes vous fait ou faites pour devenir lecteur ou lectrice professionnelle à voix haute ?

C’est sans doute une profession un peu particulière, et, sans doute aussi, que peu de personnes peuvent se targuer de vivre de cet art, mais certaines personnes se lancent et en font un véritable métier. Souvent installées en travailleurs indépendants, elles sont de véritables petites entreprises à elles toutes seules. Car, outre savoir lire, il faut savoir se vendre, faire sa publicité, tenir une comptabilité, facturer… Beaucoup de choses pas forcément naturelles pour un passionné ou une passionnée de lectures, mais des tâches indispensables pour qui veut vivre de sa passion.

Lectrice bénévole pour les associations

Dans les associations que nous défendons (nous, Libre comme Lire), certaines recourent aux talents et à l’application de lecteurs ou de lectrices bénévoles.

Comme le raconte Alexia Olivier, une de nos membres actives, lire est un véritable art et nécessite un véritable talent qui permet, par exemple, à une prof comme elle de pouvoir offrir des moments de partage exceptionnels avec ses élèves.

C’est d’ailleurs le rôle de Lis avec moi, une des associations dont nous faisons la promotion, que de proposer des lecteurs ou des lectrices à haute voix à l’école, dans les EHPAD ou ailleurs !

Lecture à des enfants à Rennes grâce à l’association La Balade des Livres

Comment devenir lectrice professionnelle ?

Pour travailler en maison d’édition, il n’y a pas de recette, et surtout, le processus de recrutement est profondément opaque et ne jouerait que par le bouche à oreille. Devenir lectrice professionnelle, dans ces circonstances, ne doit pas devenir une obsession… Vous pouvez quand même lire cet article du journal Les Echos pour en savoir plus : Profession, lecteur.

Devenir lectrice indépendant requiert une bonne dose de courage et de patience… et nous vous conseillons de lire attentivement le témoignage de Vanessa Boichot qui nous raconte comment elle est arrivée à ce métier, par passion, mais aussi quelles difficultés elle doit affronter pour pouvoir continuer sans se décourager.

Enfin, lire bénévolement ne dépend que de vous. Même si tout le monde n’est pas apte à devenir lecteur ou lectrice bénévole, n’hésitez pas à découvrir nos associations et à découvrir ce qu’elles proposent. Lis avec moi en particulier fait recours extensivement à des lectrices… Toutefois, il y a une certaine sélection à l’entrée… renseignez-vous ! Ou bien demandez-nous, nous ne manquerons pas de vous aiguiller.

Un témoignage de lectrice : Juliette Campagne

Juliette, qui est une de nos membres fondatrices, est aussi une lectrice à voix haute depuis de longues années. Quoi de mieux pour comprendre l’action des lectrices que d’écouter son témoignage qui, nous l’espérons, vous inspirera.

Conclusion

Nous espérons que ce petit article vous aura été utile et vous aura permis d’avancer dans votre réflexion. Nous espérons de tout cœur que vous réussirez dans votre projet. Et si, en attendant, vous avez envie de partager votre passion avec d’autres, de rencontrer des associations dans le monde de la lecture, de vous tenir informée, pourquoi ne deviendrez-vous pas ami de Libre comme Lire !

Bonnes lectures !

A propos de Libre comme Lire

Nous sommes une association de promotion de la lecture. Nous défendons un collège de plus de 20 associations et les aidons à financer les actions qu’elles mènent sur le terrain dans toute la France.

> Découvrez nos associations de lecture !

Publié le Laisser un commentaire

Livres du 1er mai : découvrez notre sélection

Le secrétaire général du Parti Communiste Français (PCF), Maurice Thorez, prononce un discours lors de la manifestation du 01 mai 1947 place de la concorde à Paris. © STF / AFP/Archives

Déjà le mois de mai ! Le 1er mai, comme tout un chacun sait, est l’occasion de célébrer la fête du travail. Mais c’est aussi un jour plein de charme que l’on passera en famille à se promener dans la forêt ou pourquoi pas, si la pluie nous empêche de sortir, de s’assoir tranquillement dans un fauteuil et de lire. Vous trouverez ici notre sélection de livres du 1er mai, mais aussi, car nous n’avons pas chômé, une sélection de manifestations dans toute la France autour du livre.

Les livres qui parlent du 1er mai

Le 1er mai, par Miguel Rodriguez

Le 1er mai, par Miguel Rodriguez

Loin d’une histoire sèchement politique, voici une histoire symbolique : affiches, discours, chansons, récits et archives rendent sensibles la signification de la date et les formes de la fête, la portée des gestes et des mots, la mise en scène des cortèges et de l’espace, le langage des…


Histoire du 1er mai par Maurice Dommanget

Histoire du 1er mai, par Maurice Demanget

Seul ouvrage majeur réalisé en langue française par un témoin contemporain, L’Histoire du Premier Mai développe une réflexion sur les luttes sociopolitiques qui ont amené cette date à être la journée internationale des travailleurs à partir de 1889, puis la fête du travail, jour chômé. Cet important travail de recherche montre les heures glorieuses ou sombres de ces manifestations, déroulant tout un pan de l’histoire sociale du xxe siècle, jusqu’aux années soixante-dix.


La véridique histoire du 1er mai par Justhom

La véridique histoire du 1er mai, de Justhom

Depuis déjà plusieurs décennies, le 1er mai est vécu comme un simple jour férié (on ne bosse pas, on est payé et on peut aller à la plage), l’occasion de la fête du travail. Il n’en fut pas toujours ainsi.

1er mai 1886, rassemblement à l’usine Mac Cornick de Chicago demandant la journée de 8 heures.

4 mai 1886, à Haymarket, grosse manifestation réclamant la journée de 8 heures.

Une bombe explose, tuant plusieurs policiers. 8 anarchistes sont arrêtés. 4 seront pendus. Tous seront réhabilités en 1893. Pendant des décennies, partout dans le monde, le 1er mai sera une journée de lutte pour l’obtention de la journée de 8 heures. Ce livre nous raconte la véritable histoire du 1er mai, un moment important de la lutte des exploités contre le capitalisme.


La Corrida du 1er mai par Jean Cocteau

La Corrida du 1er mai, par Jean Cocteau

Picasso, Manolete, Lorca, l’esprit flamenco et le fleuve gitan, autant de composantes du génie espagnol que Cocteau, touriste visionnaire prompt à découvrir la vérité poétique des paysages et des peuples, brasse comme les gemmes d’un éblouissant kaléidoscope…


La Fusillade de Fourmies

La fusillade de Fourmies – 1er Mai 1891, par Claude Willard

Le silence sur la répression sanglante de Fourmies en 1891 est caractéristique de la place donnée à la classe ouvrière de France dans les livres d’Histoire.
Ce livre de Claude Willard , dont la première édition date de 1957, retrace ce drame local de Fourmies, centre lainier important du département du Nord où filatures et tissages drainent en cette fin du XIXe siècle plus de dix mille ouvriers, hommes et femmes.
Au matin du 1er mai 1891, deux compagnies d’infanterie sont là depuis la veille, appelées par le préfet.
La suite est relatée dans ce livre : le massacre, la fusillade demandée par un patronat de combat, événements dont Claude Willard campa remarquablement le contexte, les lieux, les acteurs.


L'Anarchie au prétoire, par Claude Rétat

L’anarchie au prétoire: Vienne, 1er mai 1890. Une insurrection et ses juges, par Claude Rétat

La première célébration, en 1890, du 1er mai en France eut lieu sous haute surveillance policière. Une petite ville échappe : à Vienne, en Isère, surgit le spectre de l’anarchie, de la « foule » hors contrôle, hommes, femmes, enfants… La grève éclate, le maire est malmené, le commissaire «?abîmé?», une fabrique de drap pillée. Un mot flamboie?: «?Prenez, c’est à vous?!?»
L’avant-veille, deux orateurs de renom étaient venus chauffer les esprits?: Louise Michel et Alexandre Tennevin, un cogneur.
Claude Rétat accompagne cet essai d’un dossier de textes & témoignages (brochure des anarchistes sur le procès de 1890, presse, dossier judiciaire et autres archives, parmi lesquelles les rapports de police sur les conférences de Louise Michel) et d’une riche iconographie.


La Bombe, par Franck Harris

La Bombe par Frank Harris

Chicago, Haymarket Square, 4 mai 1886 : alors que s’achève un meeting politique réunissant des centaines d’ouvriers, la police lance un assaut brutal pour disperser la foule. Soudain, une bombe explose, tuant huit policiers et en blessant plusieurs dizaines d’autres. Cet événement à l’immense retentissement, Rudolph Schnaubelt en est le témoin privilégié. Fraîchement débarqué d’Allemagne, ce jeune homme cultivé, sans le sou mais décidé à conquérir l’Amérique, fait rapidement l’apprentissage d’une réalité qui lui glace le sang : de New York à Chicago, il découvre la tragique condition des ouvriers, surtout quand ils sont, comme lui, étrangers.

Mais comment se dresser face aux injustices dans cette société conservatrice avide de profits où la presse est aux ordres et la répression policière, sanglante ? Tiraillé entre son engagement pour la cause ouvrière aux côtés de Louis Lingg, un militant anarchiste charismatique, et sa passion pour la belle Elsie, Rudolph va faire un choix qui changera à jamais le cours de sa vie et celui de l’Histoire.


Et si cette sélection ne vous suffit pas, la librairie Les lisières, à Croix (59), vous propose celle-ci : https://www.leslisieres.com/dossiers/lectures-du-1er-mai-romans-bd-essais-pour-s-interroger-sur-le-monde-du-travail-d-hier-et-d-aujourd-hui/

Évènement livres du 1er mai

De nombreuses manifestations autour du livre ont également lieu ce dimanche 1er mai 2022. Nous en avons notées quelques unes à travers la presse régionale. Découvrez-les !

> Une Fête du livre et des arts pour le 1er mai à Rivière sur Tarn (12) : https://www.midilibre.fr/2022/04/28/une-fete-du-livre-et-des-arts-pour-le-1er-mai-10263407.php

> 21e Salon du livre d’Arras (62) : https://journal.ccas.fr/21e-salon-du-livre-darras-vers-dautres-chemins/

Guillaume Meurice, Agnès Martin-Lugand… à Quiberon(56), 60 auteurs à la 8e édition de la Fête du livre : https://www.ouest-france.fr/culture/fete-du-livre-a-quiberon-ce-petit-salon-qui-attire-les-grands-noms-1b63d19c-c6f9-11ec-85c7-ebe232218271

> Salon du livre d’éco solidaire à Vexin sur Epte (27) : https://actu.fr/normandie/vexin-sur-epte_27213/eure-un-salon-du-livre-d-ecos-solidaire-au-profit-des-personnes-demunies_50542363.html

> Fête du livre en Anjou à Saint-Denis d’Anjou (72) : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sable-sur-sarthe-72300/saint-denis-d-anjou-le-livre-sera-en-fete-le-1er-mai-6a2040ea-b105-11ec-9e99-36695c34ef7c

> Lion-sur-Mer(14). Le salon du livre ancien de retour à la salle Trianon pour une 25e édition : https://www.ouest-france.fr/normandie/lion-sur-mer-14780/lion-sur-mer-le-salon-du-livre-ancien-de-retour-a-la-salle-trianon-pour-une-25e-edition-b43dae6c-c47c-11ec-b524-f27494743df3

> Revin : une vente de livres pour aider Amnesty International : https://www.lardennais.fr/id365669/article/2022-04-27/revin-des-livres-pour-aider-amnesty-international

> À Audierne (29), Art’Ria organise son premier salon des livres d’artistes : https://www.letelegramme.fr/finistere/audierne/a-audierne-art-ria-organise-son-premier-salon-des-livres-d-artistes-26-04-2022-13002109.php

> Le Conquet (29). Une 15e édition de « La Mer en livres » : https://www.ouest-france.fr/bretagne/le-conquet-29217/une-15e-edition-de-la-mer-en-livres-c5b6d232-bc83-11ec-85ab-9e04716fb966

Hautefage-la-Tour (47). Cinéma et Salon du livre et des arts : https://www.ladepeche.fr/2022/04/16/cinema-et-salon-du-livre-et-des-arts-10239933.php

> Rencontres littéraires avec l’association Livre et Partage à Saint-Savin (38) : https://www.nrpyrenees.fr/2022/04/14/rencontres-litteraires-avec-lassociation-livre-et-partage-10235177.php

Et pour finir…

Vous ne connaissiez pas Libre comme Lire ? Nous promouvons le plaisir de la lecture et l’accès à la lecture pour tous. Découvrez-nous !

Découvrez aussi toutes les associations partenaires avec qui nous travaillons pour faire de la lecture un trésor pour tous !

Vous avez envie d’aider les associations de lecture ? Devenez ami de Libre comme Lire.

Publié le Laisser un commentaire

Les Nuits de la lecture à Rennes avec la Balade des livres

Comme vous le savez déjà, les Nuits de la lecture, cette année, auront lieu du 20 au 23 janvier 2022. Destinées à faire accroître le nombre de lecteurs en France et à partager ce plaisir inestimable qu’est la lecture, les Nuits de la lecture rassemblent plus de 2000 évènements sur toute la France et sont ouvertes à tous et à toutes.

Plusieurs de nos associations y participent. Aujourd’hui, focus sur la Balade des livres à Rennes qui organise son propre évènement, malgré les contraintes sanitaires pénibles qui nous accablent.

Enfants allongés - photo des Nuits de la lecture à la Balade des livres

La Balade des Livres participe aux nuits de la lecture de deux façons :

1 – Une soirée familiale où enfants et parents lisent des histoires préparées en amont. Depuis plusieurs années, cette animation rencontre un grand succès. La Balade des livres est associée avec la maison de quartier du territoire pour cet événement. Et les bénévoles de La Balade prépare toujours une soupe maison, distribuée gracieusement. (au moment où nous publions cet article, la décision n’a pas encore été prise si cette manifestation sera maintenue)

2 – Un jeu d’écriture lancé auprès de l’ehpad, l’école et le collège sur le thème Aimons toujours, aimons encore. Récolte des textes pour mise en valeur et exposition dans différents lieux sur le quartier (maison de quartier, école, commerces, ehpad, La Balade…) Cette partie est en cours et elle aura bien lieu.

Si vous êtes de la région de Rennes, n’hésitez pas à partir à la rencontre de la Balade des livres. Cela sera un moment précieux pour vos enfants et pour vous mêmes, ainsi qu’une occasion rare et belle de pouvoir se rassembler en ces temps compliqués.

Plus d’infos sur les Nuits de la lecture organisées par la balade des livres à Rennes -> Nuit de la lecture par la Balade des livres

> Plus d’infos sur la Balade des livres, une des associations de lecture que promeut Libre comme Lire.

Bonne journée !

Publié le Laisser un commentaire

En janvier, on lit jusqu’au bout de la nuit

De quoi s’agit-il ?

Du 20 au 23 janvier auront lieu, partout en France, les nuits de la lecture.
Six ans déjà que cet évènement a été créé pour donner à chacun le goût de lire, et nous espérons que cette année, les rencontres autour du livre seront plus nombreuses que jamais.

Si vous habitez ou passez par Pontault-Combault, les nuits de la lecture seront l’occasion de découvrir co-LECTIF, l’une des associations partenaires de Libre comme Lire.

co-LECTIF rêve d’une ville qui aime lire, et saisit toutes les opportunités pour concrétiser ce rêve.
L’association a prévu plusieurs animations pour que tout le monde puisse trouver chaussure à son pied.

Programme

Vendredi 21 janvier :
Le “Bus à histoires” part à la rencontre des enfants dans les maternelles
Un bus classique, aménagé par TRANSDEV, s’arrêtera dans plusieurs maternelles de Pontault-Combault. Au programme, la lecture d’histoires par des bénévoles. Comme une invitation au voyage par le livre, dès le plus jeune âge.

Les auteurs locaux sortent de l’anonymat
Avec la nuit des auteurs locaux, co-LECTIF s’attache à recenser et à faire connaître les auteurs locaux, pour encourager le dialogue entre auteurs et lecteurs et promouvoir l’écriture auprès de tous les publics (jeunes, adultes, séniors).

Samedi 22 janvier :
Histoires à volonté
Journée marathon pour co-LECTIF, qui commencera avec une animation sur la BD et les mangas le matin, des lectures à haute voix pour les enfants l’après-midi et une soirée autour du thème des mille et une nuits et de Shéhérazade.
Retrouvez le programme détaillé de ces deux journées sur le site de co-LECTIF

Soutenez nos associations

En faisant de la lecture la « grande cause nationale » de l’été 2021 à l’été 2022, le Président de la République a appelé à se mobiliser pour remettre la lecture au coeur de la nation. C’est ce que font toutes les associations, petites et grandes, membres de l’Alliance pour la lecture à l’instar de Libre comme Lire, ou simplement partenaires de Libre comme Lire.

Nous répondons tous et toutes à l’injonction de Victor Hugo qui sert de thème fédérateur aux nuits de la lecture 2022 : « Aimons toujours ! Aimons encore ! »
La lecture est une affaire de transmission et a besoin de ces chaînes de relations pour se diffuser auprès de ceux qui en sont privés.

Vous voulez soutenir co-LECTIF et toutes les associations de Libre comme Lire ?
Faites un don sur notre plateforme

Bannière de demande de soutien à la lecture
Publié le Laisser un commentaire

Journée internationale des droits de l’homme : nous devrions être tous égaux face à la lecture

Nous devrions être tous égaux face à la lecture

Nous ne le sommes pas.

Et cela, pour Libre comme Lire, c’est inacceptable.
L’apprentissage de la lecture est un droit fondamental. Parce que le droit à l’éducation est inscrit en toutes lettres dans la Déclaration des Droits de l’Homme. Mais aussi parce que savoir lire permet à l’être humain de développer son autonomie et sa liberté.


À l’échelle mondiale, les chiffres donnent le vertige : 260 millions d’enfants et d’adolescents non scolarisés en 2018, et un enfant ou adolescent sur deux qui n’a pas un niveau minimal de compétence en lecture.
En France, la situation reste très préoccupante. Malgré le volontarisme affiché, toujours beaucoup trop d’élèves sortent des classes primaires en n’étant pas suffisamment à l’aise avec la lecture pour pouvoir apprendre correctement au collège. Et on estime qu’il y a dans notre pays 2,5 millions de personnes adultes qui ne maîtrisent pas suffisamment la lecture, l’écriture et le calcul pour être autonomes dans la vie quotidienne.
Nous ne sommes pas tous égaux devant la lecture.


Nous n’avons pas tous des parents ou grands-parents lecteurs, pour nous donner le goût des histoires.
Nous n’avons pas tous un adulte disponible pour nous encourager à pratiquer la lecture à voix haute en rentrant de l’école.

Nous n’avons pas tous une bibliothèque dans notre salon

En France, face à la lecture, il y a ceux qui ont la chance de pouvoir pratiquer et qui vont naturellement intégrer cette compétence, et il y a les autres. Ceux pour qui lire restera un exercice étrange, et donc difficile.
Il y a aussi tous ceux qui aimeraient lire et ne peuvent le faire parce qu’ils ont des difficultés d’ordre sensoriel, psychique, mental, cognitif.


Mais il y a aussi toutes les associations, connues et moins connues, qui refusent la fatalité. Et qui œuvrent, dans un quartier, une ville, une région à changer les choses.
Ces associations, nous voulons les mettre en lumière. Sur Libre comme Lire, nous racontons leur quotidien, nous relayons leurs actions, et nous vous permettons de les soutenir, en quelques clics.
Vous voulez faire un premier pas vers plus d’égalité dans l’accès à la lecture ?
Et si vous nous suiviez sur les réseaux sociaux ?

Publié le Un commentaire

La lettre de Libre comme Lire au Père Noël

Cher Père Noël,

Cette année, j’ai été très très gentil. Alors je me permets de t’envoyer une longue liste de cadeaux que j’aimerais voir au pied du sapin.
Je vois déjà tes sourcils se froncer sous ton bonnet rouge et blanc. Quel enfant gâté !!
Ne t’arrête pas à la première ligne, s’il te plaît. Prends le temps de lire cette liste jusqu’au bout. Car ces cadeaux ne sont pas pour moi. Enfin, si. Un peu. Je l’admets. Chacun d’eux peut apporter un peu de douceur et de paix dans ce monde. Et ça, j’en ai besoin. Mais toi aussi non ? Et puis, c’est ça l’esprit de Noël !
Prêt ? Je commence.

Mon premier cadeau va demander un peu de travail à tes lutins. J’ai fabriqué de mes petites mains 50 000 marques-pages très mignons, et en plus très utiles. Si tu pouvais en glisser un dans chaque livre que l’on t’a commandé, tu me permettrais de me faire plein de nouveaux amis l’année prochaine. Si tes lutins manquent de temps, tu peux peut-être parler de mes marques-pages aux super libraires auprès de qui tu t’approvisionnes ? Leur aide me serait précieuse !

Mon deuxième cadeau est tout simple et pas cher du tout. Je voudrais que tu apportes à Mots et Merveilles plein de trousses-K. Pour que l’année prochaine, tous ceux qui ne sont pas encore en mesure te t’écrire eux-mêmes puissent le faire.

Je voudrais aussi que les livres voyagent par d’autres moyens que par ton traineau, pour arriver partout où quelqu’un les attend, parfois sans le savoir. Pour ça, j’ai besoin que La Petite Roberte des Passeurs de mots et la Bibliothèque du Voyage de l’ASET sortent un peu plus souvent. Et donc que tu leur apportes un peu de carburant.

J’ai passé une grosse commande au rayon livres jeunesse. Pour qu’ensemble nous semions la graine du plaisir de la lecture chez tous les bébés. Les bébés, oui, tu as bien entendu ! Lis avec moi apprend aux parents comment leur lire une histoire à haute voix et ils adorent ça. Tu trouveras aussi chez Signes de Sens des livres jeunesse et des jeux accessibles aux jeunes lecteurs sourds, aveugles, DYS, déficients intellectuels, autistes… Et tu peux déjà préparer les livraisons de l’année prochaine en permettant à une classe de CM2 de créer son propre livre, avec l’aide du Centre Social Cocteau.

J’espère que Noël sera l’occasion pour toutes les familles de partager, au coin du feu, les plus belles histoires. Co-LECTIF, LEO, Lire et Faire Lire 31, La Balade des Livres et bien d’autres associations forment dans leurs régions respectives plein de lutins à la lecture à voix haute. Leur mission est de transmettre le plaisir de la lecture le plus largement possible. Si certains de tes lutins en ont un peu ras-le-bol du bolduc et veulent se reconvertir, n’hésite pas à leur parler de moi.

J’ai aussi prévu qu’on fasse la fête ensemble. Avec les Flori’Livres de Chapitre 2 et le concert Billy Symphony de Perluette, conçu à partir de la BD muette de David Périmony. Tu peux profiter de ta tournée pour lancer les invitations. Chacun est le bienvenu et si chacun veut bien participer à hauteur de ses moyens, on pourra se réunir très très souvent !

Mon dernier cadeau sera la confiance en soi. Tu peux en apporter beaucoup si tu aides Cardan à réconcilier les adultes avec la lecture et Coup de Pouce à éviter le décrochage scolaire.

Tu sais, j’ai retrouvé dans ma cheminée une pièce de 5 cents. Ne me demande pas ce qu’elle faisait là mais elle y était. Je suis sûr qu’il y en a plein d’autres qui elles aussi ont été oubliées. Si tu pouvais les récupérer et me les rapporter avant de prendre tes RTT, je m’en servirai pour faire à mon tour des cadeaux à toutes les associations qui en ont besoin.

Bon courage pour le rush.
Je t’aime !

Publié le Laisser un commentaire

Quand les livres font naître la musique

Avec Delphine, nous sommes allés vendredi soir assister à Billy Symphony, un concert-BD organisé par l’association Perluette, une des associations que parraine Libre comme Lire. Spectacle né de la fusion d’une BD d’un jeune auteur nordiste, David Périmony, et de l’inspiration créatrice de deux musiciens, Claire Bellamy et Pierre-Yves Langlois.

C’était la première fois que j’allais “sur le terrain” pour voir en œuvre une action d’une de nos associations. C’est un tel plaisir de voir concrètement ce que celles-ci peuvent faire pour leur public. Ici, les enfants.

Qu’est-ce que ce concert-BD ?

Une création scénique à partir d’une BD sans paroles. Une BD sans paroles, c’est une approche particulières de la BD qui se lit – oui, qui se lit – comme un film muet… car oui, derrière une BD sans paroles, il y a bien une histoire, et c’est bien une forme de lecture, une porte ouverte sur la narration à travers le livre, mais pour que tous puissent y accéder. Et c’est grâce à un éditeur comme La Gouttière que ce genre d’ouvrage existe.

Pourquoi avoir transformé une BD en musique ?

Comme le dit Magali Battaglia, la fondatrice et présidente de Perluette, la BD muette est une manière de faire pénétrer le jeune public dans un autre monde… un autre monde dans lequel elle a décelé la possibilité de faire vivre des notes… Après avoir rencontré l’auteur, elle a voulu que ses images deviennent de la musique, un spectacle, un moment partagé entre les enfants et les parents, une autre manière de tirer parti d’un livre… une manière où l’acte solitaire face aux pages qui se tournent devienne une communion chaleureuse et heureuse, une parenthèse, une bulle dans lesquelles tous peuvent se projeter et découvrir une autre dimension des images à travers la musique.

Un très bon moment

Je dois dire que j’ai passé un très bon moment… un moment de paix et de calme pendant lequel j’ai pu découvrir le travail de David Périmony, animé par une artiste vidéaste, Marie Langlois, et donc, “joué” par deux musiciens jazzistes. Oui, une autre manière inattendue de partager la lecture. D’être à la rencontre d’un public jeune, et finalement, de proposer une jolie alternative aux écrans.

Un bonheur en appelant un autre…

À la fin de la représentation, Magali a offert à chaque enfant spectateur un livret-jeux conçu tout exprès par David Périmony. Et elle les a invités à un atelier de bande dessinée proposé à la médiathèque, qui accueille également à l’occasion de ce spectacle une exposition sur la bande dessinée.
Pour que se multiplient les allers-retours, du livre à la musique, du concert à la bande dessinée, du rôle de spectateur à celui de créateur…

Magali, désormais, espère pouvoir porter ce spectacle dans d’autres lieux, d’autres salles de spectacle, d’autres médiathèques, d’autres régions (elle est du Nord), avec l’aide de Libre comme Lire, et avec votre aide, pourquoi pas, si vous le décidez. Rien n’est impossible, non ?

Olivier Sauvage, co-président de Libre comme Lire

Publié le 2 commentaires

Libre comme Lire lance l’opération marques-pages dans les librairies et médiathèques

À partir d’aujourd’hui, pour promouvoir nos associations, nous allons distribuer 50,000 marque-pages dans les librairies et médiathèques.

Nous sommes très fiers de pouvoir enfin lancer notre première opération de communication : la distribution de 50 000 marques-pages dans de nombreuses librairies et médiathèques dans toute la France.

Cette opération a été rendue possible grâce au don que nous avons reçu de Ludovic Dujardin, fondateur de l’application de méditation Petit Bambou.

Avec ces marques-pages, nous espérons pouvoir toucher directement les gens qui lisent et sont sensibles à la cause de la lecture. Grâce au QR code imprimé au verso, ils pourront se rendre facilement sur Librecommelire.fr et choisir à quelle association verser un don ou quelle action financer.

Les dons faits directement à Libre comme lire sont désormais également possibles : ils seront intégralement reversés aux associations qui nous font confiance.

On vous donnera les résultats d’ici quelques semaines. Nous espérons que cette opération soit notre premier succès et permette vraiment de démarrer notre activité.

Et si vous êtes libraire ou médiathèque, n’hésitez pas à vous manifester pour nous proposer de distribuer ces marques-pages.

Bonne journée !