Publié le Laisser un commentaire

Condamné à lire des livres

Femme en train de lire

C’est une sentence plutôt incroyable, mais pourtant bien vraie, puisqu’un jeune homme, féru de lectures néonazis, et lui même propagateur d’idées suprémacistes, s’est vu condamné à lire des classiques de la littérature anglaise par un juge de la cour de Leicester au Royaume-Uni.

Ben John, un étudiant de 21 ans, semblait plus intéressé par le racisme et la violence que par ses études. Soupçonné de vouloir préparer un attentat – il avait téléchargé sur Internet des instructions pour fabriquer une bombe -, le jeune homme s’adonnait aussi au téléchargement de documents illégaux et racistes. Plus de 70,000 en tout !

“Écrivain” à ses heures perdues, il s’était également fendu d’une lettre contre les homosexuels, les immigrants et les libéraux. Un “charmant” jeune homme, donc, à qui le juge Timothy Johnson a voulu donner une leçon d’humanité en ne le condamnant pas à de la prison, peine à laquelle Ben John aurait normalement eu droit, mais à lire Dickens, Jane Austen ou Shakespeare.

“Vous êtes un individu solitaire avec peu, ou pas vraiment d’amis” lui a expliqué le juge au moment de la sentence. Estimant qu’il était une proie de choix pour des individus plus aguerris et plus dangereux, mais qu’il était encore temps de le sortir de cette voie sans issue, il a donc préféré tourner le jeune homme vers la littérature que vers les quatre murs d’une cellule, pensant que cela lui ferait sans doute beaucoup plus de bien.

Après avoir fait promettre à Ben de ne plus chercher à télécharger du matériel illégal, il lui a demandé s’il avait lu les grands auteurs. Lui a recommandé de commencer par Orgueil et préjugés, mais aussi le Conte de deux cités ou la Nuit des rois.

Ben John devra à nouveau se présenter devant son juge le 4 janvier prochain et lui prouver qu’il aura bien lu ces œuvres. En toute honnêteté, sous peine de voir sa peine se commuer en séjour en prison.

Peut-on rêver d’une plus belle sentence et d’une plus belle justice : redresser le droit par la littérature ! N’est-ce pas là une belle idée ?

Saluons donc ce juge, qui a le mérite de faire confiance aux grands auteurs pour rendre à la paix un esprit sans doute bien trop tourmenté. Et le travail de toutes ces associations qui ouvrent les âmes à la lecture, sans en faire une sanction.

Avec Libre comme Lire, soutenez les associations de promotion de la lecture et de lutte contre l’illettrisme.

Via le Guardian : UK judge orders rightwing extremist to read classic literature or face prison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *