Publié le Laisser un commentaire

Quand les livres font naître la musique

Avec Delphine, nous sommes allés vendredi soir assister à Billy Symphony, un concert-BD organisé par l’association Perluette, une des associations que parraine Libre comme Lire. Spectacle né de la fusion d’une BD d’un jeune auteur nordiste, David Périmony, et de l’inspiration créatrice de deux musiciens, Claire Bellamy et Pierre-Yves Langlois.

C’était la première fois que j’allais “sur le terrain” pour voir en œuvre une action d’une de nos associations. C’est un tel plaisir de voir concrètement ce que celles-ci peuvent faire pour leur public. Ici, les enfants.

Qu’est-ce que ce concert-BD ?

Une création scénique à partir d’une BD sans paroles. Une BD sans paroles, c’est une approche particulières de la BD qui se lit – oui, qui se lit – comme un film muet… car oui, derrière une BD sans paroles, il y a bien une histoire, et c’est bien une forme de lecture, une porte ouverte sur la narration à travers le livre, mais pour que tous puissent y accéder. Et c’est grâce à un éditeur comme La Gouttière que ce genre d’ouvrage existe.

Pourquoi avoir transformé une BD en musique ?

Comme le dit Magali Battaglia, la fondatrice et présidente de Perluette, la BD muette est une manière de faire pénétrer le jeune public dans un autre monde… un autre monde dans lequel elle a décelé la possibilité de faire vivre des notes… Après avoir rencontré l’auteur, elle a voulu que ses images deviennent de la musique, un spectacle, un moment partagé entre les enfants et les parents, une autre manière de tirer parti d’un livre… une manière où l’acte solitaire face aux pages qui se tournent devienne une communion chaleureuse et heureuse, une parenthèse, une bulle dans lesquelles tous peuvent se projeter et découvrir une autre dimension des images à travers la musique.

Un très bon moment

Je dois dire que j’ai passé un très bon moment… un moment de paix et de calme pendant lequel j’ai pu découvrir le travail de David Périmony, animé par une artiste vidéaste, Marie Langlois, et donc, “joué” par deux musiciens jazzistes. Oui, une autre manière inattendue de partager la lecture. D’être à la rencontre d’un public jeune, et finalement, de proposer une jolie alternative aux écrans.

Un bonheur en appelant un autre…

À la fin de la représentation, Magali a offert à chaque enfant spectateur un livret-jeux conçu tout exprès par David Périmony. Et elle les a invités à un atelier de bande dessinée proposé à la médiathèque, qui accueille également à l’occasion de ce spectacle une exposition sur la bande dessinée.
Pour que se multiplient les allers-retours, du livre à la musique, du concert à la bande dessinée, du rôle de spectateur à celui de créateur…

Magali, désormais, espère pouvoir porter ce spectacle dans d’autres lieux, d’autres salles de spectacle, d’autres médiathèques, d’autres régions (elle est du Nord), avec l’aide de Libre comme Lire, et avec votre aide, pourquoi pas, si vous le décidez. Rien n’est impossible, non ?

Olivier Sauvage, co-président de Libre comme Lire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *