Publié le Laisser un commentaire

Lire aux bébés en PMI

Homme en train de lire à un bébé

3 Questions à Maureen Vasseur de l’association Lis avec Moi

Lire aux bébés peut paraître surprenant à première vue, car l’on pourrait se demander si les bébés comprennent ou peuvent réagir à la lecture. Pourtant, c’est bien le cas. Et c’est la mission que s’est donnée Maureen Vasseur, lectrice de l’association de lecture Lis avec Moi, située à Lille. Découvrez, dans cette interview de Yann Gourvenec de Visionary Marketing, l’action de Maureen et quels bénéfices elle apporte aux bébés et à leurs parents dans le cadre des PMI (Protection Maternelle Infantile).

Maureen Vasseur, lectrice chez Lis avec Moi, nous explique à quoi sert la lecture aux bébés dans le cadre des PMI

Retrouvez les épisodes passés en suivant les liens.

jeudi 31/03 : Les Enfants tsiganes vivant sur des terrains spontanés – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 07/04 : Le Camion-bibliothèque de l’ASET – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 14/04 : L’illettrisme – 3 questions à Béranger Basseur, correspondant régional de l’ANLCI pour les Hauts de France

jeudi 21/04 : Réapprendre à lire quand on est adulte – 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

jeudi 28/04 : L’EJA, Édition Jeunesse Accessible – 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

jeudi 05/05 : Les bébés et la lecture – 3 questions à J. Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

jeudi 12/05 : Lire en PMI  – 3 questions à Maureen Vasseur, lectrice-formatrice pour Lis avec moi/La sauvegarde du Nord

jeudi 19/05 : Les personnes allophones – 3 questions à Luce Guillerm de LA CLÉ

jeudi 26/05 : Apprendre à lire le français quand on vient de l’étranger – 3 questions à Luce Guillerm, de LA CLÉ

jeudi 02/06 : La Bibliothèque sonore et ses audio-lecteurs – 3 questions à Irène Lautier, responsable de la formation des Donneurs de Voix à la Bibliothèque sonore de Lille

jeudi 09/06 : Les personnes âgées et la lecture – 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

Publié le Laisser un commentaire

Donner des livres aux enfants défavorisés : pour quoi faire ?

Jacques Hervaut de Co-lectif et des enfants en pleine distribution de livres

Une matinée en maternelle avec co-LECTIF

Un reportage de Florence Denieul

Pourquoi donner des livres aux enfants ? J’ai suivi Jacques Hervault, de l’association co-LECTIF, dans sa distribution hebdomadaire de livres aux enfants de l’école maternelle Emile Pajot de Pontault-Combault. Je vous raconte cette matinée qui m’a laissé un vrai goût de reviens-y.

“Merci Jacques !”

Tiago, Abigaël, Evy et leurs amis sont les « moyens » et les « grands » de leur classe. Lorsqu’ils nous aperçoivent, Jacques et moi, ce mardi matin, certains poussent un petit « oh » inquiet suivi de « Je crois que j’ai oublié mon sac à la maison ». Mais tous les petits sacs jaunes sont bien là. Les parents, à défaut des enfants, n’ont, eux, pas oublié.

Nous vidons les sacs et installons les livres qu’ils contiennent sur la table. Nous sommes prêts. Jacques appelle les enfants par groupes de quatre. Ils nous rejoignent spontanément, avec entrain mais sans bousculade. Le rendez-vous est devenu une habitude et les consignes sont bien intégrées.

Il y a quand même un brin de curiosité supplémentaire dans leurs yeux, dû à ma présence. Je redis bonjour à chacun et chacune, nos regards se croisent un peu intimidés… Et puis très vite ce sont les livres qui captent l’attention.

Nos regards se croisent un peu intimidés… Et puis très vite ce sont les livres qui captent l’attention.

Au moment du choix, la personnalité de chaque enfant s’exprime déjà pleinement. Certains regardent toutes les couvertures avant de se décider. D’autres se laissent porter par leur intuition. Plusieurs choisissent spontanément des livres qu’ils ont déjà rapportés à la maison plusieurs fois. Sans doute ont-ils tissé un lien particulier avec l’histoire qui leur a été racontée. Jacques leur rappelle gentiment la règle « pas plus de deux fois le même livre » et les invite à de nouvelles découvertes.

C’est l’occasion pour moi de leur demander s’ils ont aimé le livre, s’ils ont aimé sa lecture par leurs parents. À chaque fois bien sûr, la réponse est oui et les yeux des enfants me parlent de la douceur d’un moment partagé.

« Merci Jacques ! » Et déjà, les voilà repartis jouer ou écrire avec Madame Artige la date du jour. Notre intervention est discrète et rapide car c’est à la maison que doit se nouer la discussion.

Jacques Hervaut de Co-lectif, préparant ses livres avant de rencontrer les enfants
Jacques Hervaut de Co-lectif, préparant ses livres avant de rencontrer les enfants

Une invitation à la lecture en famille

Jacques m’invite à poursuivre l’échange chez lui pour découvrir l’autre versant de son action : l’accompagnement des familles. C’est un travail de fond qui s’appuie sur un contact régulier avec les parents : sensibilisation aux bienfaits de la lecture partagée en début d’année, conseils écrits pour rendre la lecture plaisante, courts messages mail de recommandations, bilan téléphonique individuel à mi-parcours.

Nous évoquons l’objectif essentiel du projet : créer un moment récurrent de partage au sein de la famille en misant sur le lien et le jeu, pour faire naître le plaisir de lire. Les parents qui ont des difficultés avec la lecture et/ou la langue française sont pleinement intégrés à la démarche : ils sont encouragés à s’appuyer sur les images pour inventer une histoire dans leur propre langue ou à progresser pas à pas avec leur enfant.

Nous parlons aussi des premiers résultats observés. Les maîtresses notent que les enfants mentionnent facilement les titres des livres qu’ils ont emportés chez eux et que lorsque l’un de ces livres est lu en classe, l’intérêt de tous les élèves est relancé. Les parents rapportent que les enfants sont souvent impatients de lire leur nouvelle histoire et que le fait d’avoir un nouveau livre à la maison chaque semaine crée une dynamique de lecture jusque dans la fratrie.

Pour Jacques, cela signifie que le pari est gagné : le goût de la lecture en famille s’est installé. Il se transformera progressivement en habitude qui apportera plus de facilités d’apprentissage aux enfants lors du passage à l’école élémentaire. C’est ce qu’a prouvé une étude de Carlo Barone(1), chercheur à Sciences-Po, que Jacques a découverte par hasard et sur laquelle il s’est appuyé pour monter son projet.

Les livres apportés par Jacques Hervaut aux enfants.
Les livres apportés par Jacques Hervaut aux enfants.

Réduire les inégalités dans l’acquisition des savoirs

Carlo Barone a suivi 1800 enfants dans 45 classes REP et REP+ des 18e, 19e et 20e arrondissements de Paris. Il a imaginé ce dispositif d’encouragement de la lecture partagée et validé son impact dans la réduction des inégalités de développement des compétences langagières, indispensables au développement cognitif et à la réussite scolaire.

Il a mis en évidence une réduction de 42% des inégalités de développement langagier lorsque les familles les moins scolarisées lisent régulièrement avec leurs enfants.

Carlo Barone, chercheur à Sciences-Po, a mis en évidence une réduction de 42% des inégalités de développement langagier lorsque les familles les moins scolarisées lisent régulièrement avec leurs enfants.

Augmenter la quantité de livres pour enfants et la qualité des interactions autour de ces livres dans les milieux les plus éloignés de la lecture constitue un puissant levier pour réduire à terme les inégalités de réussite scolaire.

Libre comme Lire souhaite donc que co-LECTIF puisse intégrer plus d’enfants de Pontault-Combault dans cette dynamique. Plusieurs pistes sont à l’étude :

  • fournir également des livres aux élèves de petite section de l’école Emile Pajot, qui sont demandeurs,
  • élargir l’initiative à l’école maternelle Pablo Neruda, qui redirige ses élèves vers l’élémentaire d’Emile Pajot.
Article par Florence Denieul


(1) La lecture partagée : un levier pour réduire les inégalités scolaires ? L’évaluation par expérimentation aléatoire d’un dispositif dans des écoles maternelles

Carlo Barone, Denis Fougère, Clément Pin

LIEPP Policy Brief – Sept-2019

https://spire.sciencespo.fr/notice/2441/ml2r54pbl83jbcgjsnppubc6u#_ga=2.118104137.194515124.1651749930-951281763.1651749930

Publié le Laisser un commentaire

“3 questions à…” : la première série de vidéos de Libre comme Lire

Retrouvez tous les jeudi une courte interview d’un membre d’une de nos associations partenaires.

L’objectif, bien sûr, est de vous faire découvrir, de la bouche de leurs créateurs ou animateurs, le travail de ces associations, afin de mieux comprendre à quel public elles s’adressent , comment elles travaillent sur le terrain, pourquoi elles le font, et avec quels résultats…

Mais il s’agit aussi de profiter de leur expertise et de leur expérience pour interroger des idées reçues, questionner des fausses évidences, ouvrir de nouveaux points de vue sur des questions plus générales, toujours liées à la lecture. Quel intérêt de lire à des bébés ? Apprendre à lire le français, pour un étranger, est-il particulièrement difficile ? Quelle différence entre illettrisme et analphabétisme ? Et bien d’autres encore…

Cette nouvelle proposition est rendue possible par l’engagement et la curiosité de Yann Gourvennec , dirigeant de la société Visionary Marketing, un des sponsors de Libre comme Lire. Merci à lui !

Et voici le programme !

jeudi 31/03 : Les Enfants tsiganes vivant sur des terrains spontanés – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 07/04 : Le Camion-bibliothèque de l’ASET – 3 questions à Laure Montaigne, lectrice-animatrice de l’ASET (Association pour la Scolarisation des Enfants Tsiganes)

jeudi 14/04 : L’illettrisme – 3 questions à Béranger Basseur, correspondant régional de l’ANLCI pour les Hauts de France

jeudi 21/04 : Réapprendre à lire quand on est adulte – 3 questions à Caroll Weiddich, directrice de Mots et Merveilles

jeudi 28/04 : L’EJA, Édition Jeunesse Accessible – 3 questions à Sébastien Sellier, directeur du développement de Signes de Sens

jeudi 05/05 : Les bébés et la lecture – 3 questions à J. Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

jeudi 12/05 : Lire en PMI  – 3 questions à Maureen Vasseur, lectrice-formatrice pour Lis avec moi/La sauvegarde du Nord

jeudi 19/05 : Les personnes allophones – 3 questions à Luce Guillerm de LA CLÉ

jeudi 26/05 : Apprendre à lire le français quand on vient de l’étranger – 3 questions à Luce Guillerm, de LA CLÉ

jeudi 02/06 : La Bibliothèque sonore et ses audio-lecteurs – 3 questions à Irène Lautier, responsable de la formation des Donneurs de Voix à la Bibliothèque sonore de Lille

jeudi 09/06 : Les personnes âgées et la lecture – 3 questions à Juliette Campagne, fondatrice de Lis avec Moi, lectrice bénévole

Publié le Laisser un commentaire

Les Nuits de la lecture à Rennes avec la Balade des livres

Comme vous le savez déjà, les Nuits de la lecture, cette année, auront lieu du 20 au 23 janvier 2022. Destinées à faire accroître le nombre de lecteurs en France et à partager ce plaisir inestimable qu’est la lecture, les Nuits de la lecture rassemblent plus de 2000 évènements sur toute la France et sont ouvertes à tous et à toutes.

Plusieurs de nos associations y participent. Aujourd’hui, focus sur la Balade des livres à Rennes qui organise son propre évènement, malgré les contraintes sanitaires pénibles qui nous accablent.

Enfants allongés - photo des Nuits de la lecture à la Balade des livres

La Balade des Livres participe aux nuits de la lecture de deux façons :

1 – Une soirée familiale où enfants et parents lisent des histoires préparées en amont. Depuis plusieurs années, cette animation rencontre un grand succès. La Balade des livres est associée avec la maison de quartier du territoire pour cet événement. Et les bénévoles de La Balade prépare toujours une soupe maison, distribuée gracieusement. (au moment où nous publions cet article, la décision n’a pas encore été prise si cette manifestation sera maintenue)

2 – Un jeu d’écriture lancé auprès de l’ehpad, l’école et le collège sur le thème Aimons toujours, aimons encore. Récolte des textes pour mise en valeur et exposition dans différents lieux sur le quartier (maison de quartier, école, commerces, ehpad, La Balade…) Cette partie est en cours et elle aura bien lieu.

Si vous êtes de la région de Rennes, n’hésitez pas à partir à la rencontre de la Balade des livres. Cela sera un moment précieux pour vos enfants et pour vous mêmes, ainsi qu’une occasion rare et belle de pouvoir se rassembler en ces temps compliqués.

Plus d’infos sur les Nuits de la lecture organisées par la balade des livres à Rennes -> Nuit de la lecture par la Balade des livres

> Plus d’infos sur la Balade des livres, une des associations de lecture que promeut Libre comme Lire.

Bonne journée !

Publié le Laisser un commentaire

Quand les livres font naître la musique

Avec Delphine, nous sommes allés vendredi soir assister à Billy Symphony, un concert-BD organisé par l’association Perluette, une des associations que parraine Libre comme Lire. Spectacle né de la fusion d’une BD d’un jeune auteur nordiste, David Périmony, et de l’inspiration créatrice de deux musiciens, Claire Bellamy et Pierre-Yves Langlois.

C’était la première fois que j’allais “sur le terrain” pour voir en œuvre une action d’une de nos associations. C’est un tel plaisir de voir concrètement ce que celles-ci peuvent faire pour leur public. Ici, les enfants.

Qu’est-ce que ce concert-BD ?

Une création scénique à partir d’une BD sans paroles. Une BD sans paroles, c’est une approche particulières de la BD qui se lit – oui, qui se lit – comme un film muet… car oui, derrière une BD sans paroles, il y a bien une histoire, et c’est bien une forme de lecture, une porte ouverte sur la narration à travers le livre, mais pour que tous puissent y accéder. Et c’est grâce à un éditeur comme La Gouttière que ce genre d’ouvrage existe.

Pourquoi avoir transformé une BD en musique ?

Comme le dit Magali Battaglia, la fondatrice et présidente de Perluette, la BD muette est une manière de faire pénétrer le jeune public dans un autre monde… un autre monde dans lequel elle a décelé la possibilité de faire vivre des notes… Après avoir rencontré l’auteur, elle a voulu que ses images deviennent de la musique, un spectacle, un moment partagé entre les enfants et les parents, une autre manière de tirer parti d’un livre… une manière où l’acte solitaire face aux pages qui se tournent devienne une communion chaleureuse et heureuse, une parenthèse, une bulle dans lesquelles tous peuvent se projeter et découvrir une autre dimension des images à travers la musique.

Un très bon moment

Je dois dire que j’ai passé un très bon moment… un moment de paix et de calme pendant lequel j’ai pu découvrir le travail de David Périmony, animé par une artiste vidéaste, Marie Langlois, et donc, “joué” par deux musiciens jazzistes. Oui, une autre manière inattendue de partager la lecture. D’être à la rencontre d’un public jeune, et finalement, de proposer une jolie alternative aux écrans.

Un bonheur en appelant un autre…

À la fin de la représentation, Magali a offert à chaque enfant spectateur un livret-jeux conçu tout exprès par David Périmony. Et elle les a invités à un atelier de bande dessinée proposé à la médiathèque, qui accueille également à l’occasion de ce spectacle une exposition sur la bande dessinée.
Pour que se multiplient les allers-retours, du livre à la musique, du concert à la bande dessinée, du rôle de spectateur à celui de créateur…

Magali, désormais, espère pouvoir porter ce spectacle dans d’autres lieux, d’autres salles de spectacle, d’autres médiathèques, d’autres régions (elle est du Nord), avec l’aide de Libre comme Lire, et avec votre aide, pourquoi pas, si vous le décidez. Rien n’est impossible, non ?

Olivier Sauvage, co-président de Libre comme Lire

Publié le 2 commentaires

Libre comme Lire lance l’opération marques-pages dans les librairies et médiathèques

À partir d’aujourd’hui, pour promouvoir nos associations, nous allons distribuer 50,000 marque-pages dans les librairies et médiathèques.

Nous sommes très fiers de pouvoir enfin lancer notre première opération de communication : la distribution de 50 000 marques-pages dans de nombreuses librairies et médiathèques dans toute la France.

Cette opération a été rendue possible grâce au don que nous avons reçu de Ludovic Dujardin, fondateur de l’application de méditation Petit Bambou.

Avec ces marques-pages, nous espérons pouvoir toucher directement les gens qui lisent et sont sensibles à la cause de la lecture. Grâce au QR code imprimé au verso, ils pourront se rendre facilement sur Librecommelire.fr et choisir à quelle association verser un don ou quelle action financer.

Les dons faits directement à Libre comme lire sont désormais également possibles : ils seront intégralement reversés aux associations qui nous font confiance.

On vous donnera les résultats d’ici quelques semaines. Nous espérons que cette opération soit notre premier succès et permette vraiment de démarrer notre activité.

Et si vous êtes libraire ou médiathèque, n’hésitez pas à vous manifester pour nous proposer de distribuer ces marques-pages.

Bonne journée !

Publié le Laisser un commentaire

Du 22 au 28 novembre, c’est la 3ème semaine de l’Édition Jeunesse Accessible !

Bibliothèque mobile Édition Jeunesse Accessible

Comment faire en sorte que tous les enfants de 3 à 12 ans, y compris ceux qui sont porteurs d’un handicap cognitif, sensoriel, intellectuel, comportemental ou neurodéveloppemental, puissent lire eux aussi ? En leur offrant des ouvrages adaptés. Ces ouvrages existent, mais on ne le sait pas assez.

L’enjeu de la semaine de l’Édition Jeunesse Accessible, c’est de faire en sorte que ces ressources soient mieux connues des familles qui en ont besoin, et de tous les professionnels qui peuvent les accompagner.

Dans toute la France, librairies et médiathèques proposent tout un programme d’ateliers, conférences, débats, présentations d’ouvrages adaptés, sensibilisations aux différents handicaps…

C’est l’association Signe de Sens, partenaire de Libre comme Lire, qui est aux manettes. Car depuis quelques années déjà, elle s’est fixée une ambition forte : que toutes les familles qui en ont besoin trouvent à moins de 30 km les livres adaptés qui permettront à leurs enfants de lire, eux aussi.

Vous pouvez retrouver sur Libre comme Lire l’action phare de Signes de Sens pour atteindre cet objectif : le déploiement d’espaces EJA dans les médiathèques. De quoi s’agit-il ? Eh bien, tout simplement de disposer des mini-bibliothèques avec tout un bagage de livres dans des espaces déjà consacrés à la lecture, où tous les enfants peuvent donc se retrouver. Exactement comme celle que vous pouvez voir en photo ci-dessus !

Bonne découverte de l’Édition Jeunesse Accessible !

  • Programme d’animations de la 3è semaine de l’Édition Jeunesse Accessible : à retrouver sur Facebook.
  • 25 novembre : journée professionnelle
    • Matinée ouverte toutes les médiathèques, librairies et éditeurs : inscriptions
    • Après-midi réservée aux médiathèques EJA et éditeurs EJA : inscriptions

Redécouvrez Signe de Sens sur notre site, ainsi que l’action Édition Jeunesse Accessible, que vous pouvez aider à financer.
(Re)lisez le “faire-part” d’arrivée de Signes du Sens sur Libre comme Lire.

Publié le Laisser un commentaire

La Balade des Livres offre à des femmes d’origine étrangère une bulle pour se ressourcer

Tant de vertus de la lecture ont déjà été mises en avant à travers les associations soutenues par Libre comme Lire… Y en aurait-il d’autres, encore, à souligner ? Eh oui ! Toujours ! Tant il est vrai que la lecture est source de richesses infinies.
Avec La Balade des Livres, association de Rennes qui vient de rejoindre Libre comme Lire, la lecture se présente comme une bulle apaisante dans un temps pour soi.

Que la lecture soit un vecteur d’apprentissage, c’est ce que nous rappelle le travail de Mots et Merveilles, les Clubs Coup de Pouce ou encore les projets d’écriture en milieu scolaire. Que la lecture soit une porte d’accès indispensable à l’autonomie, c’est ce que nous rappellent les associations travaillant pour les personnes handicapées, comme la Bibliothèque sonore ou Signes des Sens. Que le lecture soit un moyen puissant de créer du lien et du partage, c’est ce que nous rappellent les lectures intergénérationnelles de Lire et faire lire, les lectures partagées parents-enfants de maternelles promues par Co-LECTIF, les lectures apportées chez elles aux personnes âgées isolées par Chapitre 2 ou encore le camion-bibliothèque de l’ASET qui va dans les camps spontanés des gens du voyage. Que la lecture soit source de joie, de spectacle, d’émerveillement, de féérie, c’est ce qui sous-tend tous les projets de Perluette… Que de richesses, déjà !

La Balade des Livres nous invite, avec son projet Cuirasse et Dentelle, à apprécier un autre aspect de la lecture : cette capacité qu’a la lecture de nous extraire de nos soucis quotidiens, de la grisaille qui nous environne, de cet ici et maintenant qui peut être rude parfois, pour nous transporter, loin, ailleurs, dans un autre monde, un autre univers, ou même au plus profond de nous, nous connecter à d’autres émotions, nous faire vivre ou retrouver d’autres sensations… Bien sûr cet arrachement n’a qu’un temps, et sortis de la lecture, les soucis peuvent nous assaillir à nouveau, mais pour autant nous ne ressortons pas tout à fait les mêmes de ces petites bulles dans lesquelles nous nous sommes glissés avec un livre. Plus apaisés, revigorés, fortifiés par ces possibilités aperçues, accompagnés par les personnages rencontrés, inspirés par leurs histoires.

C’est cette expérience là, familière aux lecteurs fervents, que La Balade des Livres se propose de faire vivre à douze femmes qui en ont particulièrement besoin. Des femmes primo-arrivantes en situation fragile, qui portent bien des tracas, bien des responsabilités, et qui ont bien besoin d’être accompagnées un peu pour pouvoir se dire qu’elles ont droit de s’arrêter un peu, de penser à elle, d’oublier, de rêver. Qu’elles ont droit à un peu de lecture.

Découvrir La Balade des Livres sur Libre comme Lire – Découvrir le projet Cuirasse et Dentelles de la Balade des Livres
Soutenir Libre comme Lire – Découvrir le projet de Libre comme Lire

Publié le Laisser un commentaire

Bénévoles et compétents !

Une formation assurée par LEO

Comment agissent concrètement les associations qui œuvrent quotidiennement pour que tous aient accès à la lecture ? Régulièrement, Libre comme Lire vous propose un “focus sur” une thématique.

Ce mois-ci, focus sur la formation des bénévoles des associations. Parce que ce n’est pas parce qu’on est bénévole et qu’on donne gratuitement de son temps qu’on ne doit pas être hautement compétent ! Découvrez comment les associations s’y prennent pour garantir des accompagnements de qualité.

Chez Mots et Merveilles, les bénévoles qui s’engagent à accompagner des adultes illettrés dans le réapprentissage de la lecture sont bien accompagnés ! Dès leur arrivée, ils reçoivent un Kit du bénévole, avec plein d’informations pratiques, un catalogue de formations et même de quoi enregistrer les compétences qu’ils acquièrent par leur engagement. Une bibliothèque pédagogique est à leur disposition, et des formations sont régulièrement organisées.

Les bénévoles séniors de Lire et Faire lire 31, qui offrent des lectures intergénérationnelles aux enfants, eux aussi sont formés. À leur arrivée dans l’association, bien sûr, mais aussi régulièrement, à travers des sessions de formation continue pour approfondir, découvrir des nouveautés, des auteurs, échanger sur leurs pratiques.

Pour ce faire, ils sont parfois accompagnés par l’association LEO, la nouvelle recrue de Libre comme Lire ! LEO, Littérature et Enfance en Occitanie, a pour objet la recherche, l’information et la formation en littérature de jeunesse. La formation, c’est donc son activité principale ! Ainsi, pour accompagner les adultes médiateurs de littérature auprès des enfants, LEO a mis en place un site d’informations accessibles pour un public non spécialiste, et propose des rencontres d’auteurs, d’illustrateurs et d’éditeurs. Un trésor de ressources et d’accompagnement dont bénéficient les associations d’Occitanie !

Dans le Nord aussi, on se forme sans cesse à la littérature de jeunesse et à la lecture à voix haute. Et notamment grâce à Lis avec Moi, pionnière en la matière et spécialiste reconnue, souvent sollicitée pour former les personnels des médiathèques, par exemple, et qui offre à ses bénévoles des formations de très haute qualité, des comités de lecture…

Et ce n’est qu’un aperçu de cet aspect très important du travail des associations de lecture que représente la formation de leurs bénévoles. Parce que bien souvent, l’activité de ces associations repose en grande partie sur l’engagement des bénévoles, et que cela n’a de sens que si cet engagement est synonyme d’exigence et de qualité.
Vous le savez, Libre comme Lire ne présente que des associations sélectionnées par un comité de validation. Dans l’examen minutieux des dossiers de candidatures qui lui sont soumis, la formation des bénévoles est un critère essentiel.

Et c’est tellement important, que mon petit doigt me dit que nous aurons l’occasion de vous en reparler très vite…

Financer la formation des bénévoles de Mots et Merveilles avec : le kit du bénévole, Pédagogie-K, les journées de formation.
Financer la formation des bénévoles de Lire et faire lire 31
Financer les formations proposées par LEO
Soutenir l’action de Lis avec Moi

Publié le Laisser un commentaire

Faire en sorte que tous aient accès à la lecture, c’est aussi tenir compte de toutes les formes de handicap



… et c’est ce que fait Signes des Sens, la nouvelle association que Libre comme Lire est très heureuse d’accueillir et de vous faire découvrir cette semaine.

Signes de sens veut rendre la société plus accessible aux personnes en situation de handicap. Et bien sûr, cela passe, entre autres, par leur rendre la lecture accessible. Et si les handicaps – autisme, déficit intellectuel, surdité, cécité, troubles dys – sont variés, les possibilités d’adaptation des livres aussi, et il existe de plus en plus de livres à toucher, à écouter, aux polices spécialement étudiées, au texte facile à lire et facile à comprendre… et bien d’autres encore !

Signes des Sens fait connaitre cette édition spécifique, contribue à la déployer dans tous les lieux de lecture, librairies et bibliothèques, et accompagne les médiathèques dans l’installation d’espaces spécifiques, dotés de livres adaptés.

Pour que, malgré le handicap, chaque enfant puisse être libre de lire, et que, pour chaque enfant porteur de handicap aussi, lire rende libre.

Découvrir Signes de Sens sur Libre comme Lire – Découvrir le projet Espaces Édition Jeunesse Accessible porté par Signes de Sens –
Soutenir Libre comme Lire – Découvrir le projet de Libre comme Lire