Publié le Laisser un commentaire

Bénévoles et compétents !

Une formation assurée par LEO

Comment agissent concrètement les associations qui œuvrent quotidiennement pour que tous aient accès à la lecture ? Régulièrement, Libre comme Lire vous propose un “focus sur” une thématique.

Ce mois-ci, focus sur la formation des bénévoles des associations. Parce que ce n’est pas parce qu’on est bénévole et qu’on donne gratuitement de son temps qu’on ne doit pas être hautement compétent ! Découvrez comment les associations s’y prennent pour garantir des accompagnements de qualité.

Chez Mots et Merveilles, les bénévoles qui s’engagent à accompagner des adultes illettrés dans le réapprentissage de la lecture sont bien accompagnés ! Dès leur arrivée, ils reçoivent un Kit du bénévole, avec plein d’informations pratiques, un catalogue de formations et même de quoi enregistrer les compétences qu’ils acquièrent par leur engagement. Une bibliothèque pédagogique est à leur disposition, et des formations sont régulièrement organisées.

Les bénévoles séniors de Lire et Faire lire 31, qui offrent des lectures intergénérationnelles aux enfants, eux aussi sont formés. À leur arrivée dans l’association, bien sûr, mais aussi régulièrement, à travers des sessions de formation continue pour approfondir, découvrir des nouveautés, des auteurs, échanger sur leurs pratiques.

Pour ce faire, ils sont parfois accompagnés par l’association LEO, la nouvelle recrue de Libre comme Lire ! LEO, Littérature et Enfance en Occitanie, a pour objet la recherche, l’information et la formation en littérature de jeunesse. La formation, c’est donc son activité principale ! Ainsi, pour accompagner les adultes médiateurs de littérature auprès des enfants, LEO a mis en place un site d’informations accessibles pour un public non spécialiste, et propose des rencontres d’auteurs, d’illustrateurs et d’éditeurs. Un trésor de ressources et d’accompagnement dont bénéficient les associations d’Occitanie !

Dans le Nord aussi, on se forme sans cesse à la littérature de jeunesse et à la lecture à voix haute. Et notamment grâce à Lis avec Moi, pionnière en la matière et spécialiste reconnue, souvent sollicitée pour former les personnels des médiathèques, par exemple, et qui offre à ses bénévoles des formations de très haute qualité, des comités de lecture…

Et ce n’est qu’un aperçu de cet aspect très important du travail des associations de lecture que représente la formation de leurs bénévoles. Parce que bien souvent, l’activité de ces associations repose en grande partie sur l’engagement des bénévoles, et que cela n’a de sens que si cet engagement est synonyme d’exigence et de qualité.
Vous le savez, Libre comme Lire ne présente que des associations sélectionnées par un comité de validation. Dans l’examen minutieux des dossiers de candidatures qui lui sont soumis, la formation des bénévoles est un critère essentiel.

Et c’est tellement important, que mon petit doigt me dit que nous aurons l’occasion de vous en reparler très vite…

Financer la formation des bénévoles de Mots et Merveilles avec : le kit du bénévole, Pédagogie-K, les journées de formation.
Financer la formation des bénévoles de Lire et faire lire 31
Financer les formations proposées par LEO
Soutenir l’action de Lis avec Moi

Publié le 2 commentaires

De l’autre côté de la fenêtre

Une petite pastille de bonheur vécue la semaine dernière, que j’ai eu envie de partager avec vous, passionnés de lecture et soutiens de Libre comme Lire.

Voici, donc, la première Petite histoire de livres et de lectures… D’autres suivront, nous l’espérons, au gré des petits bonheurs vécus par les uns et les autres.

Delphine, présidente de Libre comme Lire

C’est la sempiternelle question des lecteurs compulsifs et amateurs boulimiques de livres, sortis une nouvelle fois les bras chargés de cette librairie où ils n’étaient entrés que pour faire un tour : « Où je vais les mettre, maintenant ? ». Et comme la fugace petite pointe de culpabilité n’a en rien étouffé la satisfaction de se sentir mieux entouré, encore, après l’acquisition de ces nouveaux livres, la question se reposera souvent…
Alors, où les mettre, maintenant ? L’étagère du salon n’a pas longtemps fait illusion, le couloir est rétréci par sa double tapisserie d’ouvrages, sur les dessus de cheminée cela fait belle lurette que les volumes ont remplacé les bonbonnières… Pendant quelques temps, l’appui de fenêtre du salon a semblé offrir une solution. 
Et puis un jour, il faut faire des travaux, déménager. Les enfants sont partis, la grande maison est trop grande, il faut partir, ce sera plus petit, forcément. 

Alors, que faire de tous ces livres ? 
La solution qu’a trouvée ma voisine est toute simple et merveilleuse : elle les fait passer de l’autre côté de la fenêtre. Sur l’appui de fenêtre, côté rue. 

Et c’est incroyable ce que cela produit ! Dans cette rue toute triste, artère passante de la-ville-la-plus-pauvre-de-France, en cet automne grisâtre du Nord, et caetera et caetera… on voit s’arrêter un étudiant de retour de la fac, puis un jeune couple main dans la main, et puis cet homme à trottinette. Ils s’arrêtent, regardent les livres, les reposent, en choisissent un, ou deux, repartent. J’y vais moi aussi. Ça alors, l’homme à la trottinette, c’est une vieille connaissance ! Un artiste plasticien médiateur au musée La Piscine, vous savez, cet incroyable musée dont le bassin et la verrière en soleil font régulièrement la une des magazines… Un homme d’une générosité et d’une inventivité formidables, qui a embarqué dans des ateliers débordant de créativité des générations d’enfants, dont les miens… Bref on papote, on rigole, et la voisine sort. On est bien, là, tout à coup, dans cette rue toute tris… ah ben non, voilà un rayon de soleil ! La voisine nous raconte l’histoire des livres qu’elle a déposés, ceux qu’elle tient de sa mère, son goût pour les romans historiques, cette improbable encyclopédie d’architecture qui l’a tant fait rêver. Et puis ses enfants qui grandissent et qui partent, la vie qui passe. 
Et quand avez-vous commencé à déposer ces livres à la fenêtre ? Il y a une demi-heure ! Une demi-heure et la moitié est partie, déjà – mais bien d’autres suivront. Une demi-heure et déjà toutes ces histoires échangées, là, sur ce bout de trottoir, et toutes celles qui seront partagées à distance, le soir, quand l’étudiant qui laissera pour un moment ses cours de fac, le jeune couple peau contre peau, l’homme qui aura déposé sa trottinette ouvriront le livre qu’ils ont choisi.
Et basculeront, de l’autre côté de la fenêtre.

Découvrir le travail de Julien Ravelomanantsoa, l’homme à la trottinette
Découvrir Libre comme Lire

Vous avez des livres à donner, mais pas d’appui de fenêtre ? Vous habitez dans la région d’Orléans ? Confiez vos livres à Chapitre 2, cette association leur donnera la seconde vie la plus riche possible !